Aller au contenu principal

Des enquêtes épidémiologiques pour contenir la diffusion du virus

Les services de la DDCSPP tracent le virus dans l’objectif de contenir l’épidémie et d’identifier les vecteurs de propagation. À partir de ces enquêtes, des mesures de précaution sont définies. La protection des élevages est la finalité de cette démarche.

Les élevages infectés font l’objet d’une enquête épidémiologique. Identifier l’origine de la contamination et éviter la propagation du virus est l’objet de ce travail mené par la DDCSPP.
Les élevages infectés font l’objet d’une enquête épidémiologique. Identifier l’origine de la contamination et éviter la propagation du virus est l’objet de ce travail mené par la DDCSPP.
© Pascal Le Douarin

Chaque cas de grippe aviaire confirmé dé-clenche une enquête épidémiologique. « Il s’agit, par la collecte, l’analyse et le recoupement des informations, d’essayer d’identifier d’où vient le virus et s’il a pu, à partir de l’élevage infecté, être transporté ailleurs », explique Philippe Seinger, directeur départemental adjoint de la DDCSPP. Les exploitants des trois élevages deux-sévriens concernés par la grippe aviaire ont été enquêtés par les services vétérinaires épaulés par l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
La première étape consiste à découvrir l’élevage (espèces, organisation…), son environnement géographique et professionnel, définir les pratiques de l’exploitant, identifier les liens entre cette ferme et les fermes voisines. Dans un second temps, à partir du témoignage de l’éleveur et des documents qu’il est en mesure de fournir aux services de l’État, une liste des tiers venus sur l’exploitation au cours des trois semaines qui ont précédé la confirmation du cas est dressée. « Le temps d’incubation de la maladie étant de trois semaines environ, nous nous intéressons à tous les vecteurs potentiels du virus sur cette période », cadre Philippe Seinger. Identifier l’origine de la contamination est ici l’objectif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité