Aller au contenu principal

Bio
Découvrir l’agriculture biologique pour l’adopter

Donner envie à d’autres agriculteurs en plus des 840 dans la région, de produire en agriculture bio, c’est l’objectif du Mois de la conversion bio organisé du 14 octobre au 15 novembre.

Pour Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture, “si les résultats économiques sont présents, le développement sera possible”.
Pour Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture, “si les résultats économiques sont présents, le développement sera possible”.
© N.C.

Le pôle conversion bio de Poitou-Charentes qui regroupe l’ensemble des partenaires de la filière (chambres d’agriculture, réseau bio, coopératives bio et conventionnelles, groupements de producteurs, banques, centres de gestion...) propose une deuxième édition du Mois de la conversion bio pour inviter les professionnels à découvrir les atouts de l’agriculture biologique. « C’est un secteur qui a besoin de produits et de producteurs avec une demande qui progresse. L’objectif du programme Ambition bio est d’avoir 10 % de la SAU de la région convertie en 2017 » a noté Guillaume Riou, président d’Agrobio Poitou-Charentes en présentant le programme. « Pour la chambre d’agriculture, il s’agit d’accompagner les porteurs de projet  qui sont plus de 15 % aujourd’hui dans les projets d’installation et de repérer et encourager la transmission des exploitations en bio. Si les résultats économiques sont présents, le développement sera possible », a indiqué Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture.

Une demande forte en grandes cultures
Au travers de 30 rendez-vous techniques, économiques,  visites de fermes bio, réunions-débat..., les agriculteurs, les futurs agriculteurs, les techniciens et autres professionnels de l'agriculture de la région sont amenés à découvrir l’agriculture biologique picto-charentaise, ses techniques, ses débouchés économiques et ses perspectives de développement. En Deux-Sèvres, 7  grands rendez-vous sont prévus. On pourra étudier la technique de production des vaches laitières en bio chez Laurent et Isabelle Clochard, à Aiffres le 14 octobre, dont l’exploitation est en bio depuis 2012. Ils exploitent en Earl 110 ha avec 43 vaches laitières et un atelier de 4000 volailles par an en vente directe.
Le 15 octobre, à Louzy, on pourra évoquer les grandes cultures en bio chez Thierry Bossant, un secteur pour lequel la demande est très forte aujourd’hui. Le 17 octobre, la visite de la Svep à Parthenay permettra de découvrir un atelier de découpe de bovins certifié bio. Le 18 octobre, rendez-vous est donné au Gaec Les Granges au Busseau pour l’élevage de volailles de chair bio. Le 21 octobre ce sera le tour de la production de viande bovine avec la Caveb chez Didier Dumoulin, à Saint-Varent suivie le 24 octobre d’une visite chez Jannick Billy, à Bressuire, avec Unebio.

Le programme complet sur www.penser-bio.fr/Mois-de-la-Conversion-2013-le-programme-en-detail

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

Exploitants et chefs d’entreprise face à l’incertitude de la reprise d’activité
Les éleveurs désœuvrés cherchent une activité pour ne pas broyer du noir. Les entreprises de l’aval mettent au chômage partiel…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
Publicité