Aller au contenu principal

De nouveaux producteurs de fromages de chèvre intègrent Résalis

Cinq producteurs fermiers mettent le pied à l'étrier de Résalis, la centrale d'achat de produits locaux des cantines. La Fresyca accompagne leur démarche.

Rachel et Aurélien Chevreau, installés depuis un an et demi, et Cécile Catelain, installée depuis 6 mois, font partie des producteurs de fromages qui s'intéressent à Résalis.
Rachel et Aurélien Chevreau, installés depuis un an et demi, et Cécile Catelain, installée depuis 6 mois, font partie des producteurs de fromages qui s'intéressent à Résalis.
© Ronan Lombard

Arrivée là parce que « j'aimerais que toutes les assiettes des collégiens des Deux-Sèvres contiennent des fromages de chèvre ou de la viande caprine du département », Colette Balland était autour de la table lors d'une réunion organisée par la Fresyca (Fédération régionale des syndicats caprins). Depuis un an, « nous avons engagé un travail dont le but est de lever les freins qui existent et de montrer que Resalis est une opportunité intéressante », explique Virginie Venot Bonnet, animatrice de la Fresyca.
En 2014, un seul producteur avait répondu à l'appel d'offres. Cette « sous-représentation » est le point de départ du travail collectif qui « entre aujourd'hui dans l'action », puisque cinq producteurs intègrent le catalogue.
L'action d'adhésion reste du ressort du producteur. « Nous sommes là pour faciliter les choses », par exemple « savoir comment communiquer avec les partenaires » de l'organigramme (élus, cantinières, parents...), ou déterminer quel panel de références est le plus pertinent. « Le principe est que le producteur le plus près du point de massification en mesure de le faire, livre le produit commandé », explique Claude Imbert, le producteur précurseur présent à la réunion pour partager son expérience. Pour avoir une harmonie et que cela soit « plus simple », quatre types de fromages ont été retenus : « la bûche, le chabichou, le mothais et la tomme », liste Virginie Venot Bonnet. « Il y a des filières, comme le pain, où ça fonctionne bien. Nous avons un retard à rattraper » afin de valoriser un outil « qui est en place et qui fonctionne. » L'éleveur de Pompaire, qui obtient déjà 5 % de son chiffre d'affaires par le biais de Résalis, reprend : « il y a besoin de relancer la motivation des acteurs » et qu'une augmentation de la demande fasse entrer de nouveaux producteurs.
La Fresyca estime qu'une dizaine de fournisseurs potentiels se sont déjà montrés intéressés, en espérant un effet boule de neige grâce aux cinq premiers. Selon les prévisions avancées à la réunion du 14 mars, dans les établissements où cela fonctionnera, il y aura du fromage de chèvre local une à deux fois par mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité