Aller au contenu principal

MSA
Coup d’arrêt à la fédération régionale des MSA de Poitou-Charentes

Par décision ministérielle, les caisses de MSA de la Vienne et des Deux-Sèvres vont devoir reconstituer une fédération sans la Charente.

La fédération des caisses de MSA de Poitou-Charentes n’aura vécu que quelques semaines. Constituée le 18 avril dernier avec la Vienne, les Deux-Sèvres et la Charente, elle arrête son activité, à la suite d’un courrier de Michel Barnier, ministre de l’Agriculture lui demandant de ne pas poursuivre sa mise en place.
Josseline Paillat, présidente de la caisse de MSA des Deux-Sèvres, ne cachait pas sa déception, en début de semaine, quelques jours après avoir tiré, avec ses collègues partie prenante dans la fédération, les leçons de la décision ministérielle. « Ce projet nous a demandé beaucoup de travail. Il a été bâti en fonction de notre idée de la région, avec une ébauche à trois départements, ouvrant la voie à terme, à une seule caisse dans la région. C’est ce schéma qui n’a pas été retenu par la caisse centrale de MSA», déplore-t-elle, alors que cette fédération permettait « de commencer à travailler en bonne intelligence dans l’intérêt des adhérents et du personnel », poursuivait-elle.
Cette décision va à l’encontre d’une volonté locale de commencer par travailler ensemble pour faire converger des politiques communes. « Nous pensions qu’il fallait un minimum de structure préalable pour bâtir un projet », rétorque-t-on à la caisse des Deux-Sèvres. Si, selon le ministre de l’Agriculture, le projet des trois caisses « n’avait pas vocation à perdurer au-delà de 2010 », c’est aussi parce que la caisse centrale se voit désormais dotée de pouvoirs renfocés, subordonnant les fusions à son feu vert.
L’initiative régionale, un moment pressentie avec la caisse de Charente-Martime, s’inscrivait dans le projet national de fédérer 35 caisses. Désormais, celles des Deux-Sèvres et de la Vienne d’un côté, celles de la Charente et de la Charente-Maritime, d’autre part vont devoir revoir leur copie, dans la perspective d’une fusion en 2010.
Déçus, mais « pas abattue », la présidente des Deux-Sèvres veut repartir sur un projet de fédération aussi « ambitieux » que le précédent, car, selon elle, « tout était réuni pour fonctionner dans le respect des hommes».Le président de la FDSEA des Deux-Sèvres, Phillippe Moinard, déplore que « la caisse centrale a décidé de gérer » le rapprochement des caisses départementales « sans tenir compte de l’avis des élus, agriculteurs et salariés. C’est dommageable pour l’avenir des caisses », poursuit-il. Il parle « de pleins pouvoirs » qu’elle s’octroye dans la gestion des caisses départementales.
Après cet épisode qui met les caisses de la Vienne et des Deux-Sèvres dans l’obligation  de créer une nouvelle fédération sans la Charente, Philippe Moinard s’interroge « sur l’avenir du système en tant que tel », sur la volonté de la profession à réagir sur ce dossier, mais aussi « sur la place » des conseils d’administration et sur « le sens » des élections des administrateurs et des délégués.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité