Aller au contenu principal

Convention citoyenne pour le climat : 150 personnes plancheront pendant cinq mois

© NC

Annoncée à l’issue du grand débat national, la convention citoyenne pour le climat est en cours de constitution. Cette assemblée, qui se réunira pour la première fois les 4, 5 et 6 octobre 2019, doit permettre l’émergence de propositions concrètes en faveur de l’environnement et de la transition écologique.

Cette convention citoyenne a vocation à impliquer toute la société dans la transition écologique à travers un échantillon représentatif de citoyens, pour trouver des solutions concrètes.
Entre le 26 août et fin septembre, environ 300 000 numéros de téléphone seront générés de manière aléatoire et appelés, pour constituer l’assemblée citoyenne qui se composera de 150 personnes représentatives de la diversité de la société. Celle-ci constituée, il est prévu que ses membres se réunissent six week-ends de trois jours. « On va les former à la question climatique, leur faire rencontrer un certain nombre d’experts qui vont leur expliquer la trajectoire actuelle, les enjeux, les solutions existantes et les difficultés qu’on n’arrive pas à surmonter. Ils vont délibérer pendant cinq mois. Comme un jury d’assises «, expliquait sur France Inter Cyril Dion, l’un des initiateurs du mouvement Colibris, garant de la convention.

L’objectif de celle-ci est de redessiner les mesures concrètes d’aides aux citoyens dans la transition climatique et de définir des mesures complémentaires (ainsi que leur financement) pour permettre à la France d’atteindre ses objectifs écologiques, notamment celui de baisser les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % en 2030 par rapport à 1990.

Les propositions qui émaneront de la convention citoyenne seront soumises, soit au vote du Parlement, soit à référendum, ou donneront lieu directement à des mesures réglementaires. Un engagement pris par Emmanuel Macron. À cette fin, les citoyens devront formuler des propositions précises, sous forme de projets de dispositions législatives ou réglementaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité