Aller au contenu principal

Manifestation
Mille agriculteurs ont participé au blocus de Prahecq

La plate-forme Super U de Prahecq était l’une des quarante en France a être bloquée par les agriculteurs qui demandaient de la transparence sur les marges des distributeurs. Un participation très soutenue.

 

L’opération avait été soigneusement préparée. Jeudi 11, en début de soirée, tracteurs et remorques sont immobilisés sur l’accès à la plate-forme de Super U à Prahecq vers laquelle convergent 80 camions par jour et d’où en repartent 100 autres pour approvisioner les grandes surfaces de la région. L’abri de fortune n’est pas fini d’installer que Renan le Corre, responsable de l’établissement, vient à la rencontre des syndicalistes. Une discussion qui tourne court, puisqu’il s’en réfère à son syndicat. Accompagné d’une huissière venue constater le blocage des lieux, il doit affronter la détermination des manifestants.

 

Une détermination sans faille

Les présidents de la FDSEA des Deux-Sèvres et de la Vienne, organisaient conjointement cette manifestation. Ils ont été surpris de l’ampleur de la participation. « Dès le premier soir 250 agriculteurs étaient présents. Plus de 1 000 ont participé au blocus. Ce qui montre la détermination des agriculteurs de ne pas laisser leurs marges grignotées par les GMS », explique Patrice Coutin. « On s’attendait à une forte mobilisation, mais pas à ce niveau », poursuit-il. « désormais, les pouvoirs publics n’ont pas le droit de décevoir le monde agricole! », lance-t-il finalement.

Toute la semaine, l’information concernant des blocages de plate-formes de distribution a circulé. 

« Il n’a pas été facile de dire aux agriculteurs qu’il fallait attendre le jeudi soir, selon le mot d’ordre de la FNSEA », poursuit Patrice Coutin. L’action était prévue jusqu’à samedi 14 heures. Une action dans la durée que les syndicalistes ont parfaitement gérée. A peu de chose près elle a pris fin comme prévue. Sauf qu’une plainte a été déposée et que le jugement en référé est tombé samedi à 11 heures. C’est Philippe Moinard, président de la FRSEA, seul présent sur les lieux, au moment de la notification à comparaître, qui s’est vu convoqué en audience le vendredi à 18 heures. Le jugement a été mis en délibéré au samedi 11 heures, avec injonction de quitter les lieux sous astreinte de 250 euros par heure. Le blocus  prenait alors fin.

 


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité