Aller au contenu principal

Comice de Civray: les OPA au chevet de l'agriculture

Près de 3000 personnes sont venues participer au Comice de Civray, samedi dernier. Une 40e édition placée sous le signe du rassemblement... à quelques exceptions près.

Votre présence à tous honore le Civraisien» a lancé Odet Triquet en débutant son discours de président du Comice agricole de Civray, avant de rappeler que c’est à Patrick Pellerin et Pierre Rocher qu’on doit la création de l’évènement. «C’est un moment convivial et de rassemblement, qui permet des échanges et discussions avec le grand public».  Un évènement rendu possible grâce à l’investissement d’une centaine de bénévoles, et de plus de 70 exposants. Autour de lui, l’ensemble des OPA de la Vienne, mais aussi les élus locaux, départementaux et parlementaires, ainsi que le Préfet et autres représentants de l’État, ont d’ailleurs participé à la visite inaugurale. Un moment qui a permis à Odet Triquet de rappeler la situation agricole préoccupante. «La fréquence des aléas climatiques, comme la grêle ou la sécheresse, va être de plus en plus importante. On attend beaucoup du dispositif assurantiel, mais il faut aussi sécuriser nos produits.» Et l’agriculteur de rappeler que l’irrigation et la gestion de l’eau sont un enjeu crucial. «J’entends des opposants dire qu’il faut se mettre autour de la table. Je pense que ça suffit!  Ça fait des années que ça dure. L’administration doit nous donner les moyens». Alors que le président du Comice souhaitait ne donner la parole qu’aux élus présents et au Préfet, car cela représentait déjà beaucoup de discours à la suite et qu’une tension existe depuis plusieurs semaines entre la chambre, la FNSEA, et le Préfet (lire en page 3 de notre édition du 9 septembre), Philippe Tabarin a tenu à s’exprimer, et lu un discours dans lequel il  dénonçait la mise en place de la charte ZNT, mais aussi le protocole du Clain et regrettait qu’aucune retenue collinaire ne soit envisagée.  «Il est irresponsable de se diviser pour des raisons syndicales» a répondu quelques minutes plus tard le Préfet. «La nation agricole fait face à de grosses difficultés et doit relever de nombreux défis». Sur le sujet des retenues de substitution, le Préfet a estimé avoir «le protocole du bon sens, qui ne sert pas qu’à construire des réserves mais à faire évoluer les pratiques et sécuriser l’eau. (...) Sur les retenues collinaires, j’espère que la Chambre d’agriculture fera des propositions». Un échange un peu tendu, qui n’aura duré que quelques minutes, et qui n’a pas empêché le bon déroulement du comice, et la prise de paroles de Jean-Olivier Geoffroy, président de la communauté de communes, d’Emmanuel Brunet, nouveau maire de Civray, d’Alain Pichon, président du Conseil départemental, et de Pascal Lecamp, député de la circonscription. Sur la journée, près de 3000 personnes ont investi le site, et près de 1500 sont restées le soir pour assister aux démonstrations de tracteur pulling. «On a été victime de notre succès, et on a même un peu manqué de nourriture pour le soir» explique Odet Triquet, qui ajoute que les 150 m liénaires qui encadraient la piste de démonstration affichaient complet. Le food truck présent en soirée a pu suppléer le pôle de restauration locale géré par les Jeunes Agriculteurs. Le préfet a d’ailleurs salué le travail et la présence de ces derniers, en se félicitant de la hausse du nombre d’installations dans la Vienne: une cinquantaine, contre 20 à 25 les années précédentes. De quoi motiver à un travail en commun et rappeler que, comme elle l’a déjà fait par le passé, l’agriculture de la Vienne est capable de traverser les nouvelles difficultés auxquelles elle est confrontée.  

4h C’est le temps que plusieurs agriculteurs présents au Comice ont consacré à rattraper une vache, qui a pris la poudre d’escampette durant la matinée. C’est finalement de l’autre côté de Civray qu’ils ont fini par la récupérer, avec l’aide des forces de l’ordre.

 

L’eau ou la poussière?

Pendant le Comice, Jean-Michel Gorry, agriculteur à Pressac, a distribué un texte sur l’eau, aux élus et représentants de l’Etat présents, mais aussi aux visiteurs. Nous avons choisi de le publier tel quel. «En 2022, la France a perdu 3 millions de tonnes de grains de blé, orge, et autres céréales. Elle a perdu des fourrages destinés aux animaux. Cet automne, nous allons mesurer le désastre de la sécheresse de l’été, mais la viande et le lait commencent à manquer, conséquences du déficit de nourriture pour les vaches. Le rationnement d’eau dont sont victimes les agriculteurs est la cause de ce qui a menacé d’être une pénurie. Pourquoi, au XXIème siècle, subir de la sécheresse, alors que nous ne manquons pas d’eau? Le Clain laisse partir de son bassin 620 millions de m3 d’eau qui rejoignent la Vienne à Cenon/Vienne (l’agriculture en a utilisé au plus 45 millions de m3). La Vienne laisse passer 4 milliards de m3 d’eau quand elle quitte notre département pour rejoindre la Loire, d’où sort 30 milliards de m3 d’eau lorsqu’elle se jette dans l’océan (source rivière de France). Comme les pluies tombent irrégulièrement, il devient évident de garder de l’eau quand elle tombe abondamment pour en disposer lorsqu’elle vient à faire défaut. Pourquoi est-ce si difficile? Nous savons garder de l’eau dans des étangs pour 0,50€ par m3. Mais les normes générées par les administrations entraînent des surcôuts jusqu’à 7 € par m3. De plus, notre fonction publique territoriale exige des agriculteurs des contraintes qui causent autant de pertes alimentaires que bien des cataclysmes climatiques. Discussions sans perspectives globales, ces incompréhensions causeront des disettes pour les citoyens et aggraveront le désespoir des agriculteurs, aux pratiques les plus durables du monde, mais au taux de suicides le plus élevé!»
 
 
 

6 gagnants sur le stand du journal

Pendant le Comice, la Vienne Rurale organisait comme chaque année un quiz sur son stand, en lien avec le contenu du supplément paru sur l’évènement il y a quelques semaines. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses a permis de désigner 6 gagnants. Rémi Bacle, de Champagné-Saint-Hilaire, remporte des entrées pour le Futuroscope, une pochette premiers secours, un livre sur la Vienne, et un jeu de cartes; Christine Robiche, de Ruffec, gagne des entrées pour le Futuroscope, une bouteille de jus de fruits, une pochette premiers secours, un jeu de cartes et des cartes du Poitou; Jean-Pierre Cohadier, de Civray se voit offrir des entrées pour la Vallée des Singes, une pochette premiers secours, des cartes du Poitou, une bouteille de jus de fruits et un jeu de cartes; Marcel Fillon, de Sanxay, gagne des entrées pour Terre de Dragons, un jeu de cartes, une bouteille de jus de fruits, des cartes du Poitou et une pochette premiers secours;  Jean-Michel Gendreau, de Saint-Gaudent, remporte des entrées à la Vallée des Singes, une bouteille de jus de fruits, un jeu de cartes et des cartes du Poitou; et Christelle Beau, de Brux gagne des entrées pour la Vallée des Singes, une gourde, un jeu de carte et des cartes du Poitou.. Tous les gagnants remportent aussi des goodies de la Vienne Rurale.
 
 
 
 
 
 

Palmarès du concours Limousin

Trente vaches Limousines étaient présentes au Comice, pour participer au concours interdépartemental, dont voici les résultats. Section 1 : Mâles de l’année groupe 1  -> Saphir ED - Earl Dumaine (16). Section 2 : Mâles de l’année groupe 2 -> Sacrebleu - Gaec Du Marronnier (86).  Section 3 : Mâles de l’année groupe 3 -> Seigle   – Thierry Girault (79). Section 4 : Mâles de 21 à 22 mois -> Rocco EP Guillaume Favre (16). Section 5 : Mâles de 2 ans -> Rio - Gaec Jabouille (16). Section 6 : Mâles de plus de 2 ans -> Pirelli ED – EARL Dumaine (16). Section 9 : Femelles de 8 mois -> Tocasse  – SCEA du Courtiou (86). Section 10 : Femelles de l’année groupe 1 -> Silie ED – EARL Dumaine (16). Section 11 : Femelles de l’année groupe 2 -> Sisi – Gaec de la Chacloue (86). Section 12 : Femelles de l’année groupe 3 -> Shym  – Gaec de la Chacloue  (86). Section 14 : Femelles de 2 ans -> Rina  – Gaec de la Chacloue (86). Section 16 : Vache suitée -> Ongela – Thierry Girault (79). Meilleur jeune mâle : Mâles de l’année : Sacrebleu - Gaec du Marronnier (86). Meilleur jeune femelle : Femelles de l’année : Shym - Gaec de la Chacloue  (86). Meilleur mâle adulte : Mâles de plus de 2 ans : Pirelli ED - EARL Dumaine (16). Meilleure femelle adulte : Ongela - Thierry et Kylian Girault (79). Meilleur animal du concours: Vache suitée : Ongela - Thierry et Kylian Girault (79).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Père et fils se lancent dans la culture de framboises à grande échelle
Face à une difficulté croissante à valoriser la production de céréales, Philippe Dinais s’oriente vers des cultures mieux…
Les futurs chevaux champions de saut naissent à Esse
La famille Courdent a lancé un élevage de chevaux de sport à Esse, spécialisé dans le saut d’obstacles.
Une installation synonyme de diversification
Théophile Baudoin va rejoindre la ferme familiale début 2024. À la production de viande bovine en place, il veut ajouter un…
Quand les enfants reviennent s’installer à la ferme
 Après avoir chacun expérimenté le salariat et d’autres milieux de travail, Dylan et Erwan Guynouard ont choisi de revenir sur l’…
Chanvre Mellois labellise sa production
L’entreprise des 14 agriculteurs associés de Chanvre Mellois accroit sa production et ses ventes, sécurisant encore son assise…
Fabrice tutore les jeunes pousses… d’éleveurs caprins !
Des acteurs du plan Capr’1 ont mis en place un système de tutorat caprin en Nouvelle-Aquitaine Pays-de-la-loire. Une dizaine d’…
Publicité