Aller au contenu principal

Colère des JA après une journée sans viande au lycée Desfontaines

JA79 est en colère contre l’organisation d’une journée sans viande le 24 mars au lycée Desfontaines à Melle à l’initiative de trois étudiants et leur professeur du lycée Jacques-Bujault.

© Catherine Perrot/Loire Atlantique Agricole

JA 79 « n’accepte pas que le militantisme anti-viande, et plus largement idéologique, s’intègre dans le parcours éducatif ». Des propos que le président des JA, Julien Chartier, signe, sans pour autant s’opposer à la liberté d’expression.
« Y’en a marre que ce soit toujours des débats à sens unique », s’exclame-t-il. La méthode est donc catégoriquement rejetée, celle qui a consisté à organiser un repas sans viande, au lycée Desfontaine, sur proposition de trois étudiants de BTS gestion et protection de la nature du lycée agricole Jacques-Bujault, à Melle.
Au-delà de ce qui est considéré comme de la « provocation » alors que le secteur de la viande bovine est en crise, Julien Chartier dénonce l’attitude d’un professeur qui a validé le projet. Huit JA ont été entendus par le conseil d’administration du lycée qui se réunissait le 26 mars. « Qu’on ne nous accuse pas de totalitarisme. Il faut aussi respecter notre liberté d’expression », s’exclame-t-il.
Un tract « Effet de serre selon l’alimentation et selon le mode de production », à l’appui de l’opération, est par ailleurs pointé par les JA. Selon la directrice de l’établissement, Marie-Claude Hascoët, « cette sensibilisation alimentaire ne se voulait pas être une attaque contre l’élevage. Mais ce tract sans logo m’a surprise. Nous ne savons pas qui l’a fait… En tout cas, il n’a pas été validé par le lycée, ni par les étudiants, ni par les professeurs ». « Dénigrer l’élevage me chagrine beaucoup, poursuit Marie-Claude Hascoët, d’autant qu’en ce moment nous recrutons professeurs, élèves et étudiants pour l’année prochaine et qu’au lycée nous sommes aussi éleveurs. »
« Le bio, le conventionnel, tout y passe dans ce tract », dénonce Nicolas Bordevaire, responsable de la section viande bovine et éleveur à Sainte-Soline. « A JA tous les modèles de production existent et sont acceptés et nous avons du mal à faire comprendre cette position », reprend Julien Chartier. « On voit bien le militantisme de cette opération, quand on cherche à inculquer aux jeunes un seul modèle agricole et à opposer bio et conventionnel. » Dans un communiqué, JA 79 déplore que « les orientations politiques et éducatives de l’équipe pédagogique soient ainsi clairement apparues ».
JA demande à rencontrer la direction du lycée Jacques-Bujault et du lycée Desfontaines pour que « tous les aspects de la filière élevage soient mis sur la table et que les élèves aient toutes les clefs pour construire leur jugement ». Ils veulent qu’une commission et non que les seuls enseignants valident les PIC, les projets d’initiative et communication, dans le cadre duquel cette opération a été conduite.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité