Aller au contenu principal

Classe fermée : ruralité abandonnée ?

Lors de la réunion publique, les parents et les élus présents avaient voulu représenter les 7 élèves manquants pour sauvegarder la classe par des chaises vides.
© Marine Nauleau

La mobilisation continue et ne faiblit pas pour les élus et parents d’élèves du RPI de Sanxay, Curzay-sur-Vonne et Jazeneuil, présents à la réunion de ce mardi 30 mai. En cause : la décision du rectorat de fermer une classe du RPI, à Sanxay. Actuellement, 3 classes sont réparties sur les trois communes. « L’école de Sanxay n’aurait plus qu’une seule classe, à multi-niveaux. On sait que c’est la mort prochaine de l’école tout entière et on pense que c’est une catastrophe » souligne Olivier Clochard, représentant de parents d’élèves à Jazeneuil qui met en avant de bonnes projections de rentrées d’enfants d’ici deux ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Au Busseau, on transforme le lait de 1600 chèvres
Dans la famille Thibault, le père, les deux fils et la fille sont tous investis dans l'élevage de chèvres. La totalité de la…
À Sanxay, la Briouse s’ouvre aux touristes
Le Poitou recèle bien des pépites parfois peu connues. À Sanxay, ce sont deux femmes de la région parisiennes qui sont tombées il…
L’indice des fermages en hausse de 5,63 %

Selon l’arrêté ministériel du 18 juillet 2023 (publié au JORF le 21 juillet 2023), l’indice national des fermages s’établit…

À Triou, Fabien veut ses sols vivants et fertiles
Après avoir été maçon pendant dix ans, Fabien Ledoux a repris les rênes de la ferme familiale de Triou depuis près de deux ans.…
Flambée de FCO en Occitanie

GDS France relève une situation très inhabituelle concernant la fièvre catarrhale ovine de sérotype 8…

Année record pour le tournesol, bonne perspective pour le maïs
Le début des moissons augurent des rendements satisfaisants en Deux-Sèvres, confirmés à l'échelle nationale.
Publicité