Aller au contenu principal

"C'est tout ? C'est fini ?" Déception après les annonces de Gabriel Attal

Les agriculteurs installés à Poitiers sud ont écouté le discours du Premier Ministre sur leur campement, sous le pont de l'autoroute.
Les agriculteurs installés à Poitiers sud ont écouté le discours du Premier Ministre sur leur campement, sous le pont de l'autoroute.
© Elisabeth Hersand

"C'est long… C'est pas bon signe. C'est sûrement parce qu'il n'a pas grand-chose à annoncer". Après 20 minutes de discours de Gabriel Attal, les agriculteurs qui tiennent le blocage à Poitiers sud depuis mardi commencent à s'impatienter. Installés sous le pont de l'autoroute, ils étaient une cinquantaine ce vendredi soir à écouter le discours du Premier Ministre. Et même s'il annonce vouloir "mettre l'agriculture au-dessus de tout le reste" et "ouvrir un nouveau chapitre", le chef du gouvernement et ses annonces qui ont suivi ce discours n'ont pas particulièrement enthousiasmé les agriculteurs. À la fin du discours, leur réaction est d'ailleurs plutôt angoissante : pas un mot pendant plusieurs minutes, ni applaudissements, ni sifflets. Comme s'ils étaient sidérés. Puis un "C'est tout? C'est fini?" se fait entendre. Pendant que Sébastien Berger, président de la FNSEA de la Vienne, s'isole dans son tracteur pour participer à une visio avec l'ensemble des départements, les agriculteurs expriment leur ressenti. Bien sûr, des annonces sont appréciées: l'abandon de la baisse de détaxation du GNR, et le fait que cet accompagnement devienne désormais immédiat; ou la limitation à un contrôle par an par exploitation. Mais beaucoup d'autres restent selon les agriculteurs un peu floues. Et très rapidement, des "On va à Paris!" s'échappent. "Ils n'ont pas compris le problème! Pour les fossés, ce qu'il faut, ce n'est pas nous autoriser à faire seulement une déclaration quand on fait un curage. C'est nous laisser le faire sans rien demander!" lance un éleveur. "C'est un éléphant qui accouche d'une souris" commente François Turpeau, président de la CR. Du côté de la FNSEA, Sébastien Berger ne cache pas sa déception, et celle des agriculteurs qui étaient autour de lui. Quelques minutes avant le discours du premier ministre, les agriculteurs disaient ne pas s'attendre à des annonces extraordinaires. Mais ils espéraient visiblement quand même plus.

 

Tous les articles sur la mobilisation en région dans notre dossier

La prolongation ou non du mouvement, mais aussi sa forme seront décidées dans la journée de samedi. Notamment parce qu'Arnaud Rousseau doit rencontrer Gabriel Attal dans la matinée.

 

Les principales annonces de ce vendredi 25 janvier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité