Aller au contenu principal

Nuisibles
C’est le moment de piéger les frelons asiatiques

Les nids de frelons asiatiques sont chaque année de plus en plus nombreux. Le groupement de défense contre les organismes nuisibles encourage au piégeage dès aujourd’hui.

© C. P.
Pour maîtriser la prolifération du frelon asiatique, la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (Fdgdon) recommande le piégeage. « Avec les premiers rayons de soleil, les reines vont se réveiller », explique Christophe Suire du Fdgdon. Au printemps, chaque reine fondatrice ébauche un nouveau nid, pond quelques œufs et soigne ses premières larves qui deviendront, un mois à un mois et demi plus tard, selon la température, des ouvrières adultes capables de prendre en charge la construction du nid et l’entretien de la colonie. La reine consacrera alors le reste de sa vie à pondre. Sur une année, la reine peut donner naissance à près de 15 000 individus dont les femelles reproductrices de la nouvelle génération. « Chaque reine fondatrice piégée, c’est un nid construit en moins  », commente le technicien. La Fdgdon encourage particuliers et collectivités à installer sans tarder des pièges sélectifs. La structure située aux Ruralies commercialise des outils adaptés. « Les pièges que nous proposons possèdent des petits trous (environ 5mm) pour laisser les petits insectes s’échapper», explique Christophe Suire. Une fois le piège acquis (vendus 8 €) chacun prendra soins d’y verser un peu de bière brune associée à un trait de sirop (cassis ou framboise). Le piège sera suspendu à un arbre, de préférence au soleil à une hauteur de 1,50 m ou 2 m. « Un suivi régulier est recommandé. » Les zones à privilégier sont celles se situant aux abords des ruchers et se trouvant à proximité des anciens nids (rayon de 200 m). «  Il faut piéger des reines fondatrices de colonies de frelons asiatiques jusqu’au 1er mai. Cette date passée, afin de protéger les nombreuses espèces autochtones (frelons jaunes, guêpes...), il faut retirer les pièges », alerte le technicien de l’organisme de lutte contre les nuisibles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Père et fils se lancent dans la culture de framboises à grande échelle
Face à une difficulté croissante à valoriser la production de céréales, Philippe Dinais s’oriente vers des cultures mieux…
Les futurs chevaux champions de saut naissent à Esse
La famille Courdent a lancé un élevage de chevaux de sport à Esse, spécialisé dans le saut d’obstacles.
Une installation synonyme de diversification
Théophile Baudoin va rejoindre la ferme familiale début 2024. À la production de viande bovine en place, il veut ajouter un…
Quand les enfants reviennent s’installer à la ferme
 Après avoir chacun expérimenté le salariat et d’autres milieux de travail, Dylan et Erwan Guynouard ont choisi de revenir sur l’…
Chanvre Mellois labellise sa production
L’entreprise des 14 agriculteurs associés de Chanvre Mellois accroit sa production et ses ventes, sécurisant encore son assise…
Fabrice tutore les jeunes pousses… d’éleveurs caprins !
Des acteurs du plan Capr’1 ont mis en place un système de tutorat caprin en Nouvelle-Aquitaine Pays-de-la-loire. Une dizaine d’…
Publicité