Aller au contenu principal

Center Parcs met un peu plus la nature au cœur de son offre

  Le week-end dernier, Center Parcs a présenté les évolutions que la marque souhaite réaliser dans les années à venir. Et c’est dans le domaine situé dans le nord de la Vienne que s’est déroulée la présentation. Peut-être pas un hasard, puisque c’est ce site qui est le plus plébiscité par les clients pour la deuxième année consécutive.

Avec un taux de remplissage de près de 80 %, le Center Parcs du nord de la Vienne a retrouvé ses chiffres de fréquentation d’avant Covid. « Une grosse majorité de nos clients viennent du Grand Ouest, et 13 % sont de Nouvelle-Aquitaine » explique Jérémy Malik, directeur du site, qui se félicite des retours. « Nous avons reçu mercredi dernier le prix Village of Excellence. Nous l’avions déjà obtenu l’année dernière. » Une récompense qui se fait au sein des différents Center Parcs, et qui se base sur la satisfaction des clients.

De nombreux animaux

Ouvert depuis 2015, le site et ses 260 hectares disposent d’un espace aquatique de 6 000 m2, et de plus de 600 animaux, dont une centaine de daims, qui ont donné leur nom au site. Parmi ces animaux, on retrouve notamment des pélicans, des cigognes, des sangliers, fouines et d’autres oiseaux, dont certains ont tourné dans le film « Les Saisons » de Jacque Perrin et Jacques Cluzeau, et peuvent être approchés de prêts lors d’une visite dans les coulisses du cœur animalier. Si cette animation n’est pas nouvelle, elle s’ajoute à de nombreuses autres possibles sur le site, en lien avec la nature. « Nous hébergeons aussi des espèces protégées, comme des écrevisses à patte blanche » ajoute le directeur du Bois aux Daims. Une démarche nature qui va perdurer, et même s’accentuer. « Nous avons mené un travail sur l’identité de la marque, qui a plus de 55 ans » explique Laurène Beurdeley, directrice commerciale de Center Parcs Europe, en dévoilant le nouveau logo Center Parcs. « Nous avons fait évoluer notre produit, avec une montée en gamme et des expériences nouvelles en lien avec la nature. Nous avions un concept moderne, et proche de la nature, mais une image un peu vieille » ajoute Laurène Beurdeley. D’ici 2024, la totalité des domaines auront été rénovés ou équipés de nouveaux mobiliers. Pas moins de 740 millions d’euros sont prévus pour ces rénovations ou montées en gamme. Le lien au local va également se renforcer, avec par exemple dans le parc de la Vienne des randonnées en trottinettes électriques vers le Château de la Mothe Chandeniers. « Nous avons toujours notre ancrage local, avec le comptoir du Poitou qui permet à nos clients d’acheter des produits locaux et une mini-ferme avec des animaux locaux » précise Jérémy Malik.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité