Aller au contenu principal

« Ce n’est que le début de la réponse russe »

La maison de cognac A. de Fussigny réalise une grande part de son activité en Ukraine, Russie et Biélorussie. Alors qu’elle prépare la réorganisation de son activité, son directeur général, Thomas Gonon, estime que les difficultés vont se prolonger et s’étendre à d’autres pays.

Thomas Gonon (au centre), directeur général de A. de Fussigny. Ici, lors de son intervention à l’assemblée générale de VitiBio.
© Alexandre Veschini - Photo d'archives

Directeur général de la maison A. de Fussigny à Cognac, Thomas Gonon est concerné à plus d’un titre par la guerre. Personnel d’abord : « J’ai vécu cinq ans en Ukraine. J’y ai toujours beaucoup d’amis et j’héberge des réfugiés. » 

Côté business ensuite : « L’Ukraine est un pays important qui valorise nos produits. Nous allons perdre un partenaire sérieux et un marché où nous étions en croissance en volume et en qualité. » 

Les difficultés ne se limiteront pas à l’accès au marché. « On peut faire une croix sur ce qui a été détruit en Ukraine. Il faudra des années pour s’en remettre. » À plus grande échelle, « nous allons être très impactés sur le marché russe. L’ensemble Ukraine, Russie et Biélorussie représente la moitié de notre activité. Heureusement, c’est un marché de volume, pas forcément de valeur. Nous allons les réorienter. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
Le premier CS avicole de la région ouvre en septembre
Impulsé par les professionnels de la filière, le premier certificat de spécialisation avicole ouvrira ses portes en septembre au…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Les convois agricoles et les règles de la route
À l’heure de la récolte, les engins, moissonneuses, tracteurs et remorques de grains ou de paille, presse à balles rondes,…
Publicité