Aller au contenu principal

Salon
Capr’Inov 2012 ou le salon de la reconstruction de la filière

La violence de la crise a poussé les différents acteurs de la filière à travailler ensemble. Les surstocks absorbés, seule la revalorisation du prix du litre de lait aux producteurs manque à l’appel. Les regards sont tournés vers les GMS.

«Quand la valeur du contenant est deux à trois fois supérieure à celle du contenu, on marche sur la tête. » Pour Xavier Beulin, qui appelle à des relations « plus mâtures entre les différents maillons de la filière caprine », il ne s’agit pas de faire supporter au seul consommateur la facture de la crise qui depuis trois ans bouleverse ce pan économique de l’élevage. Mercredi 28 novembre, lors de l’inauguration de la quatrième édition de Capr’Inov, à Niort, le président de la Fnsea incitait les opérateurs à travailler la valeur intrinsèque du produit, gage d’avenir, et à la mise en place d’une production maîtrisée, seule arme « pour se protéger des dévastateurs effets yo-yo ». 
Ce vœu, sous le poids de la crise, a toutes les chances de se réaliser dans les mois à venir. L’interprofession qu’est l’Anicap y travaille avec le soutien du médiateur de la république, Georges-Pierre Malpel. « La gravité de la crise que l’on subit vient du fait qu’il nous a fallu quatre ans pour réagir », regrette Patrick Charpentier, représentant des coopératives. Dans le cadre du plan stratégique lancé en début d’année 2012, les différents collèges, producteurs (Fnec), coopératives (Fncl) et industries laitières (Fnil) s’accordent sur la mise en place d’indicateurs. En passant du vert au rouge, ils déclencheront une série de mesures. « La réactivité doit nous préserver d’une autre crise de cette ampleur », espèrent les responsables professionnels. Certaines de ces mesures relèveront immanquablement du contrat de production dont le contenu était le sujet de réflexion développé pendant trois jours par les JA réunis à Niort en session nationale caprine.
En attendant, et pour redonner aux éleveurs l’oxygène dont ils ont besoin ces prochaines semaines afin de maintenir la production, dans les allées de Capr’Inov tout le monde jetait un œil du côté des GMS. Producteurs, entreprises, administration le savent. Les augmentations de prix à la production ne seront possibles que si les industriels laitiers arrivent à faire accepter des augmentations aux distributeurs. « Je vais, le 4 décembre, à l’occasion d’une rencontre avec les représentants des GMS essayer de convaincre. Il n’est de l’intérêt de personne que cette filière d’excellence qu’est la filière caprine continue de vendre en dessous de son coût de production. Cette réalité met tout un pan de l’économie régionale en péril. Les GMS, si elles n’acceptent pas de revalorisation de prix, pourraient rapidement manquer de produits. Ce n’est pas à leur avantage », assurait Yves Dassonville, préfet de Région.
Effectivement, en 2012, alors que la maîtrise de la production produisait ses effets, des producteurs lourdement impactés par la baisse des prix ont jeté l’éponge. Sans revalorisation du prix du litre de lait, la baisse de la production pourrait se poursuivre à un tel rythme qu’en 2013, les entreprises pourraient faire face à un manque de lait.    

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité