Aller au contenu principal

Bovins lait : 320 euros de prix de fonctionnement moyen en 2017

Après deux années catastrophiques pour les trésoreries, l’année 2017 a permis aux éleveurs laitiers de reprendre un peu espoir. Mais la visibilité pour 2018 est toujours aussi limitée.

© N.C.

Les récoltes fourragères 2016 n’ont pas toujours été à la hauteur des espérances. Le printemps 2017 (froid/sec) n’a pas permis non plus d’assurer des récoltes d’herbe suffisantes, mais heureusement, la météo estivale suivante a facilité la reconstitution des stocks de qualité en maïs ensilage. Ces éléments climatiques associés à un prix en berne ont entraîné un redressement tardif de la collecte et donc un manque de disponibilité créant des tensions sur les marchés. Ce redressement de la conjoncture s’est opéré dans une situation inédite où le cours des matières grasses s’est complètement déconnecté de celui des matières protéiques. Avec une moyenne annuelle d’environ 330 €/1000 l, le prix du lait a finalement augmenté de plus de 40 €/1000 l par rapport à l’année civile 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

Exploitants et chefs d’entreprise face à l’incertitude de la reprise d’activité
Les éleveurs désœuvrés cherchent une activité pour ne pas broyer du noir. Les entreprises de l’aval mettent au chômage partiel…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
Publicité