Aller au contenu principal

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins Leclerc de Thouars, Bressuire, Parthenay, Saint-Maixent et Niort Mendès-France. L'enseigne est visée pour être celle qui "joue le moins le jeu dans les négociations commerciales".

© Chloe Poitau

L'image est saisissante quand on se place un peu en amont de la scène : l'immense parking du Leclerc de Mendès-France, à Niort, est complètement désert ce vendredi 23 février, jour pourtant d'intense consommation. 

Depuis l'aube, des tracteurs se sont stationnés aux entrées des parkings, et la situation s'est répétée dans quatre autres grandes surfaces de l'enseigne à Thouars, Bressuire, Parthenay et Saint-Maixent.

Transparence sur les origines, répartition équitable des marges

L'action, orchestrée par la Fnsea 79 et JA 79, fait suite à une semaine de relevé d'étiquettes dans les différents supermarchés des quatre coins du département.

"Nous avons ciblé Leclerc car, au niveau national, ce sont eux qui respectent le moins le monde agricole. Ils ne jouent pas le jeu dans les négociations commerciales", estime Flavien Favre, secrétaire général de JA 79

"Cette semaine, nous avons retrouvé dans les rayons des rillettes du Mans de provenance UE, de la mayonnaise au colza étranger dont le pot est estampillé d'un drapeau français", liste Maxime Fouladoux, éleveur laitier à Villefollet. Pour lui, cette duperie implicite doit cesser : "Nous demandons un étiquetage clair, pour que le consommateur puisse faire ses choix en conséquence".

Autre cheval de bataille, le revenu bien sûr. Même si des efforts ont été fait, notamment dans certains Leclerc, avec le développement de filières de circuits courts, le compte n'y est pas. "Quand on retrouve le poulet d'un collègue du sud Deux-Sèvres vendu à près de 6 € en rayon, et que cet éleveur a été payé 1 € par poulet, on se demande où sont allés les marges. Nous ne demandons pas de changer le prix final, mais que chaque maillon, producteur compris, reçoive la même somme", reprend Maxime Fouladoux.

85% de CA en moins 

À Niort, le directeur de l'enseigne Leclerc est venu à la rencontre des agriculteurs bloquant le parking, assurant "les comprendre". 

"À son niveau, il ne peut pas faire grand chose, mais l'idée est que ça remonte jusqu'aux décisionnaires. Il nous a quand même dit que près de 85% du chiffre d'affaires de sa matinée était plombé par notre action", évoque Flavien Favre. Preuve que le moyen de pression fait son effet. 

Les clients de l'enseigne, eux, sont partagés entre l'exaspération de modifier leurs habitudes, et les marques de soutien aux agriculteurs. Des grappes de clients naviguaient des parkings alentours jusqu'au magasin, un peu égarés sous la pluie. 

Pendant ce temps, les équipes de Leclerc déplaçaient les chaînes de chariots jusqu'aux parkings d'autres enseignes, pour maintenir coûte que coûte la possibilité de consommer à leurs clients.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité