Aller au contenu principal

Blé : 140 euros de prix d’acompte

2018 a enregistré de nombreux aléas climatiques. Grêle, abats d’eau et forte pluviométrie globale ont agi sur les rendements. Moyenne en quantité, la récolte est de bonne qualité.

En blé, les tendances pressenties par les opérateurs il y a un mois se sont confirmées. La qualité est au rendez-vous de l’année.
En blé, les tendances pressenties par les opérateurs il y a un mois se sont confirmées. La qualité est au rendez-vous de l’année.
© Jean Charles Gutner/réussir

En Deux-Sèvres, les rendements les plus faibles ont été observés sur les parcelles hydromorphes. Les cultures y ont subi une trop forte humidité, caractéristique de l’hiver 2017-2018.
Alors que les battages sont terminés, les résultats de la récolte confirment les tendances annoncées dans
Agri 79 du 6 juillet (page 4). La déception redoutée en colza est réelle. « Dans le département, les rendements vont de 5 à 40 quintaux, avec une moyenne située entre 22 et 25 quintaux selon les secteurs », ont fait remonter les adhérents de la Fnsea 79.
En blé, les tendances pressenties par les opérateurs il y a un mois se sont confirmées. La qualité est au rendez-vous de l’année. Les rendements hétérogènes vont de 65 à 85 quintaux en plaine. Pour le blé dur, les rendements sont, là aussi, inégaux. Ils vont de 45 et 65 quintaux selon les secteurs. Les parcelles irriguées s’en sortant mieux. « Il y a en revanche de plus en plus de problèmes d’ergots sur cette culture, ce qui complique fortement sa valorisation », alerte le syndicat.
Les prix d’acompte annoncés par les organismes stockeurs tournent autour de 140 euros/t pour le blé tendre (prix de base hors valorisation des protéines). Cependant, les voyants sont au vert compte tenu des récoltes à l’étranger (sécheresse en Australie, baisse des récoltes en mer noire). Conséquence heureuse : la cotation du blé a augmenté ces dernières semaines. « Les prix doivent au moins se maintenir afin de couvrir les prix de revient », revendique la Fnsea 79. La qualité des blés français est en ce sens un atout, puisqu’elle devrait permettre de reprendre et conserver les marchés d’export, notamment sur l’Afrique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité