Aller au contenu principal

Bien en chair, les brebis sont plus fertiles

75 % des brebis en bon état corporel en début de lutte sont fertiles dès le premier cycle, contre 67% pour les brebis les moins en état. Echanges entre éleveurs sur la performance et les conditions de celle-ci.

Les notes d’état corporel s’échelonnent de 1, brebis postiche orange, à 4, brebis postiche bleue foncée.
Les notes d’état corporel s’échelonnent de 1, brebis postiche orange, à 4, brebis postiche bleue foncée.
© C.P.

C’est en palpant que l’on devient un expert de la notation de l’état corporel. Vendredi 5 mai, sur l’Earl Les Marronniers à Saurais, les éleveurs de la Caveb étaient invités par Laurence Sagot, du Ciirpo, à s’exercer sur des brebis postiches. Un jeu on ne peut plus sérieux pour les exploitants qui, dans les élevages, pratiquent insuffisamment. Pas plus de 50 % des adhérents de la Caveb y regardent », croit Franck Allard, technicien. « Entre des brebis dont la note d’état corporel en début de lutte est inférieure à 2 et des brebis dont elle est supérieure ou égale à 2, la fertilité en lutte naturelle varie de 10 % au profit des secondes (*) », précise l’experte. Le taux de fertilité sur synchronisation des chaleurs est supérieur à des animaux charnus. « Une brebis notée 2 présente un taux de fertilité de 53,4 % contre 84 % pour une femelle notée 4 ».
Avec pour objectif la commercialisation d’un agneau par brebis épongée, les éleveurs ont, selon l’experte, intérêt à porter un œil attentif sur l’état corporel. « Éponger une agnelle maigre ne sert à rien. Avant de se lancer dans les synchronisations, il faut trier. Les moins en état doivent être engraissées avant la mise à la reproduction ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité