Aller au contenu principal

Magazine
Au tri citoyen

La semaine de réduction des déchets, du 3 au 11 novembre, était l’occasion d’encourager le plus grand nombre à trier. Un geste essentiel. Les déchets «verts» après transformation, deviennent engrais naturel. Exemple avec l'initiative menée sur le territoire de la Communauté d'agglomération niortaise

.
.
© DR
La Communauté d’agglomération de Niort et le Smited participent à travers Idéal 79 à la semaine nationale de la réduction des déchets. Du 3 au 11 novembre, ateliers, réunions d’information, opérations locales de sensibilisation ont eu lieu dans le département. « Le meilleur déchet reste celui que l’on ne produit pas », rappelle dans ses communiqués le coordinateur des opérations départementales Idéal 79. Un appel à la réduction des déchets. Chaque année, les ménages des Deux-Sèvres produisent 174 000 tonnes d’ordures (505 kg par habitant). « Un tiers est compostable », selon les experts. En séparant les résidus de cuisine, la coupe des pelouses et les déchets de jardin du reste des poubelles, le particulier est le premier maillon d’une filière de production d’engrais «vert».

À la déchetterie du Vallon d’Arty à Niort, l’effort des éco-citoyens est respecté par une valorisation des matières collectées. Chaque année la plate-forme reçoit 16 000 tonnes de déchets verts et fermentescibles (un tiers issu du tri des ménages, deux tiers issus des 13 déchetteries de la communauté d’agglomération). Pendant cinq mois les étapes de broyages, fermentations et criblage se succèdent. Au final, 6 800 tonnes de compost sont produites (40 % du tonnage de déchets entrants). « 4 500 tonnes sont redistribuées gratuitement aux particuliers — habitants sur le territoire de la CAN — qui en prennent possession selon leurs besoins d’engrais vert sur le site», commente Murielle Jacques, ingénieur traitement à la régie des déchets ménagers.
Fin 2007, début 2008, les qualités naturelles du compost profiteront également aux cultures de 18 agriculteurs du Niortais. Soucieux de trouver une solution locale au traitement des boues (venant de 14 stations d’épuration du Niortais), les élus de la CAN ont porté le projet de création d’une plate-forme de compostage boues et déchets verts. « Les essais industriels sont en cours depuis le début de l’année », précise Murielle Jacques.
Rapidement, 9500 tonnes de boues seront mélangées à 9 500 tonnes de déchets verts broyés. Le mélange séjourne quatre semaines en box de fermentation (60°C) sous ventilation forcée. Au terme de cette période, la matière obtenue est laissée huit semaines en box de maturation avant d’être criblée puis stockée.
À Niort, l’épandage des boues brutes appartient au passé. Avec cet outil, c’est un engrais vert qui à la saison sera apporté par les services de la CAN eux-mêmes sur les 1 611 ha qui composent le plan d’épandage de l’installation. « Un service gratuit rendu racine », souligne l’ingénieur parlant d’un échange de bon procédé entre la collectivité et les exploitants agricoles. « Les nouvelles stations d’épuration nous offrent des boues stabilisées, et sur le Niortais, peu chargées en métaux lourds, affirme l’ingénieur. L’engrais vert est de bonne qualité ». Les analyses régulières le confirme. Epandu en lieu et place des engrais chimiques, le compost est économiquement intéressant pour l’exploitant et écologiquement nécessaire pour une société qui croule sous les déchets. Chaque habitant produit en France 50 % de déchets en plus qu’il y a 40 ans.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité