Aller au contenu principal

Au-delà de la polyvalence des bâtiments, celle des éleveurs

Loïc Marolleau, adhérent de Volinéo, a diversifié les espèces produites dans son élevage. De légers investissements ont permis d’adapter les équipements. La volonté de l’éleveur de changer ses habitudes est au c½ur de cette évolution tirée par les marchés.

Loïc Marolleau et son épouse Mireille devant les bâtiments aujourd’hui équipés pour produire poulets, pintades et dindes démarrées.
Loïc Marolleau et son épouse Mireille devant les bâtiments aujourd’hui équipés pour produire poulets, pintades et dindes démarrées.
© C.P.

Les plus gros blocages, comme souvent, sont dans la tête de l’éleveur, croit Loïc Marolleau. Aviculteur spécialisé, installé à l’Absie, il possède 3 900 m2 de bâtiments. « Jusqu’en 2005, j’y ai enchaîné les bandes de poulets ». Et puis il y a eu l’épisode de grippe aviaire avec ses conséquences sur les vides sanitaires. « Ils ne cessaient de se prolonger. Nutri-Vendée, qui était mon groupement de producteurs, m’a proposé, m’a incité à faire de la pintade. Au moins un lot par an ».
D’abord pour optimiser le temps de production des bâtiments, ensuite par goût puis pour des raisons de sécurité sanitaire, Loïc a accepté de sortir de sa zone de confort en diversifiant la production sur le site. « Il fallait tout réapprendre. C’était là, le plus gros effort. En termes d’équipement, les dépenses étaient raisonnables. Le matériel s’adapte aux deux espèces même si progressivement j’ai homogénéisé le matériel d’abreuvement et les mangeoires. À titre d’exemple, les pipettes multidirectionnelles ont été généralisées ».

Bien que mesurés, les investissements ont été aidés. « Il y a eu un après 2006. La diversification, subie dans les mois qui ont suivi cet épisode de grippe aviaire, est devenue au fil du temps une stratégie. Aujourd’hui, Volinéo assoit son développement sur la polyvalence de ses éleveurs. En conséquence, la coopérative suscite cet engagement par des accompagnements financiers », explique Fabrice Rocheteau, responsable de la filière Litière de Volinéo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité