Aller au contenu principal

Herbe
Astuces pour pallier le manque de fourrages

La pluie quasi absente ce printemps a entraîné une baisse rapide des stocks fourragers. Zoom sur les pistes d’action pour remédier au déficit fourrager avant la récolte du maïs.

Dans certains cas, il sera difficile de faire le joint jusqu’aux ensilages de maïs.
Dans certains cas, il sera difficile de faire le joint jusqu’aux ensilages de maïs.
© DR

Un hiver long et une pluie  quasi absente ce printemps ont entraîné une baisse rapide des stocks fourragers dans beaucoup d’exploitations. Certains éleveurs vont donc être en déficit fourrager en attendant les récoltes de maïs. Pour y remédier, quelles sont les pistes d’action ? 

 

Des stocks en baisse

Du fait du printemps sec, la pousse de l’herbe est limitée. Il manque en cumulé une  tonne de MS par ha d’herbe. Moins de pâturage, des récoltes en ensilage d’herbe moins importantes, les stocks fourragers ont été fortement mis à contribution. Dans certains cas, il sera difficile de faire le joint jusqu’aux ensilages de maïs. Plusieurs stratégies s’offrent aux éleveurs.

 

Faire le point sur les stocks disponibles

En premier lieu, il convient de faire le point sur les effectifs d’animaux qui seront présents jusqu’au 1er septembre et jusqu’au printemps 2011. Faire ensuite le bilan des besoins fourragers de ces bovins et le comparer au stock disponible. 

En fonction de l’amplitude du déficit, il faut plutôt choisir d’acheter des sous-produits ou d’ensiler des céréales immatures. A priori, la première solution est plutôt à réserver pour des vaches laitières si vous n’avez pas l’habitude de gérer des rations à base de plusieurs fourrages. La seconde solution conviendra davantage aux vaches allaitantes et aux génisses d’élevage.

Si le déficit en fourrage n’est pas trop important en volume, l’achat de sous-produits peut être intéressant.

On peut aussi ensiler des céréales immatures (lire Elevage Info en page 17). Leur récolte va libérer les sols aux alentours du 15 juin. Il pourra alors être envisagé de mettre en place un mélange moha-trèfle d’Alexandrie ou encore du sorgho fourrager. Tout dépendra de la pluviométrie à venir.

 

La stratégie la plus économiquement  intéressante

Deux stratégies ont été comparées :

- récolter le blé, la paille et acheter de l’aliment ;

- ensiler le blé et acheter de la paille.

Dans l’hypothèse de calcul, un kilo  de MS d’ensilage de céréales a été équilibré par 0,2 kg de céréales aplatie.

Au final, les deux stratégies sont très proches d’un point de vue économique. C’est plutôt l’ampleur du déficit qui fera pencher la balance. Un faible déficit sera plus facile à combler avec un achat d’aliment, à l’inverse un fort déficit nécessitera l’apport de fibres.

 

Un recensement des besoins et de l’offre

En raison du contexte climatiques les stocks s’amenuisent et les rendements en fourrages, foin et ensilage, sont globalement faibles.

Face à ce manque de fourrages, la FDSEA a pris l’initiative de réunir les bureaux de ses sections animales et de la section céréales, mercredi 26 mai, afin de faire un état des lieux des disponibilités en paille et en foin et d’évaluer les mesures à prendre avant la récolte des céréales.

Il est bien tombé quelques millimètres  d’eau mais de façon inégale. Tandis que certains ont eu 40 mm, d’autres, situés à 1 km, n’ont reçu que 10 mm. La deuxième coupe d’herbe s’annonce mal et les blés ne sont pas très hauts. Les rendements de paille vont être faibles. A cela se greffent des trésoreries tendues. Les agriculteurs se demandent comment ils vont faire s’ils sont obligés d’acheter ce qu’ils n’auront pu récolter.

Aussi, il convient de prendre les devants et d’en appeler à la responsabilité collective des agriculteurs.

La FDSEA met en place un recensement des offres et des besoins en paille et fourrage. Elle demande aux producteurs de grandes cultures de ne pas broyer leur paille et de se faire connaître auprès des responsables communaux du syndicat qui ont reçu toutes les consignes pour enregistrer les demandes mais également les offres.

En cas de besoin dans les semaines à venir, la FDSEA étudiera la mise en place d’une opération d’achat groupé de paille. Mais tous espèrent ne pas en venir là et que la mutualisation départementale permettra de répondre aux besoins de chacun. Car l’objectif est aussi d’éviter une envolée des prix et de réguler le marché.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité