Aller au contenu principal

Biodiversité
Apprendre à connaître et reconnaître les auxiliaires au service des cultures

Avoir des auxiliaires dans les champs, c’est bénéficier d’une aide pour lutter contre les ravageurs. D’où l’intérêt de favoriser leur présence sur l’exploitation.

Larve de syrphe, prédateur de pucerons.
Larve de syrphe, prédateur de pucerons.
© N.C.

Dans la grande famille des insectes et autres animaux rampants ou volants, les plus connus en agriculture sont certainement les ravageurs. Ceux-ci posent des problèmes sur les cultures, en particulier en ce moment à la levée des cultures de printemps. Après les limaces, il faut surveiller les pucerons sur les pois, le colza et le tournesol.
Cependant il faut savoir que les insectes ravageurs ne représentent qu’une infime partie du monde vivant dans les champs. En effet la grande majorité des insectes a un impact neutre sur les cultures. D’autres peuvent même être auxiliaires de l’agriculteur en se nourrissant des ravageurs. Les auxiliaires sont au sol (carabes) ou volants (coccinelle, syrphe…). Il en existe pour toutes les espèces de ravageurs. Ainsi certains d’entre eux se font manger par beaucoup d’auxiliaires. Par exemple le puceron est un véritable garde-manger vivant pour nombre d’insectes. D’autres ravageurs n’ont que peu d’auxiliaires prédateurs comme le charançon du colza.

Des pratiques pour favoriser la biodiversité
La présence d’auxiliaires dans un champ est intimement liée aux pratiques de l’agriculteur, dans et autour du champ. C’est-à-dire le nombre d’insecticides ou d’anti-limaces utilisés, la façon d’entretenir les haies ou les bords de champs herbeux. Favoriser les auxiliaires peut nécessiter peu d’efforts. Par exemple en adaptant ses pratiques d’entretien des bords de champ pour chercher à avoir des fleurs non adventices (fauchage à date adaptée, pas de fertilisation ou de désherbage… ). Entretenir de façon rationnelle les haies peut aussi permettre d’optimiser leur impact positif sur les auxiliaires.

Découvrir le monde des auxiliaires
Avoir des auxiliaires dans les champs, c’est bénéficier d’une aide pour lutter contre les ravageurs. De plus, favoriser les insectes auxiliaires a d’autres bénéfices sur la biodiversité en général (papillons, oiseaux, gibiers…)
La chambre d’agriculture propose une formation de deux jours à Parthenay le 10 juin puis le 9 septembre 2014. Il s’agit de découvrir le monde des auxiliaires, qui ils sont, comment ils fonctionnent et d’apprendre à les reconnaître au champ. Ce sera également l’occasion de réfléchir aux pratiques concrètes qui peuvent permettre de les favoriser sur l’exploitation. La formation est gratuite pour les agriculteurs à jour de leur cotisation Vivea.

Contact : 05 49 77 15 15 ou pierre.frappier@deux-sevres.chambagri.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité