Aller au contenu principal

Annulation du festival de Parthenay au nom de la sécurité sanitaire des élevages

Les organisateurs ont pris la décision d'annuler du Festival de l'elevage et de la gastronomie qui devait avoir lieu cette fin de semaine. Les pertes vont être importantes, mais peut-être pas autant que s'il avait été maintenu, compte tenu des risques encourus.

Les concours d'animaux avaient, comme à chaque édition, rythmé le Festival de l'élevage et de la gastronomie en 2013. (Photo d'archives)
Les concours d'animaux avaient, comme à chaque édition, rythmé le Festival de l'élevage et de la gastronomie en 2013. (Photo d'archives)
© N.C.

Avec l'extension de la zone de surveillance de la FCO, plaçant Parthenay à moins de 20 kilomètres du périmètre de sécurité, le 18 septembre, la menace de l'annulation du Festival de l'élevage est apparue. La décision a été prise, le 22 septembre par le comité d'organisation.
« La décision était délicate à prendre, mais, compte tenu de l'incertitude sur l'évolution de la zone de surveillance d'ici à dimanche et de la réglementation sur les rassemblements d'animaux, nous avons décidé d'annuler la manifestation », explique Serge Bonnenfant, co-président du festival. « On ne sait pas si on a bien fait, toujours est-il qu'on a fait au mieux pour éviter tout risque sanitaire pour les élevages exposants et ne pas mettre les éleveurs en difficulté. »

Ne pas prendre le risque d'attendre la veille
Certains éleveurs ne pouvaient d'ores et déjà pas participer au concours. Parce qu'ils étaient dans la zone de surveillance, en Creuse, dans la Vienne et au-delà, mais aussi dans l'une des 32 communes des Deux-Sèvres de ce périmètre. « Attendre encore, c'était s'exposer à un durcissement de la réglementation qui pouvait intervenir à tout moment, la veille, dans ce cas les conséquences auraient été encore plus catastrophiques, mais aussi le jour même », poursuit Serge Bonnenfant. Il aurait alors été impossible aux animaux de retourner dans leur élevage.
Cette fin de semaine tombait dans la période où les investigations par les autorités sanitaires et les éleveurs sont en attente des résultats des prises de sang pour dépister la présence de la FCO dans les élevages. Comme dans les autres régions, soixante fermes sentinelles de Poitou-Charentes ont été sélectionnées, pour trente prises de sang dans le cheptel de chacune d'elles. Les résultats seront connus à la fin du mois, ou début octobre.
Une décision d'autant plus « difficile » à prendre que nombreux sont les partenaires qui se sont engagés dans la manifestation que les organisateurs voulaient « positive » puisqu'au-delà des concours et des présentations d'animaux, c'est une vitrine de l'élevage et de la gastronomie locale qui se mettait en place. Serge Bonnenfant tient aussi à souligner qu'il faut associer à cette déception, « tous ceux dont les bêtes, les broutards en particulier, sont bloquées dans les fermes ».

Vente de produits fermiers

Les producteurs, mobilisés depuis des jours pour l'organisation de la restauration du Festival de l'élevage et de la gastronomie qui devait se dérouler ce week-end, ont dû trouver une alternative pour écouler leurs produits. Ils organisent donc une vente sur commande de leurs produits fermiers vendredi 25 septembre de 17 h à 19 h sur le parking de la chambre d'agriculture de Parthenay, 11 rue de Verdun.

Commande au 05 49 77 10 37 (Céline Karasinski) ou sur bienvenuealafermedeuxsevres@gmail.com ou auprès des producteurs directement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité