Aller au contenu principal

Alimentation animale : la sécheresse amène la surchauffe des coûts

La météo a mis à rude épreuve les céréaliers cette année. Cette moisson a notamment été impactée par le manque d’eau. Ces conditions climatiques exceptionnelles posent de nouveau la question de l’autonomie alimentaire dans les élevages. En production animale aussi, la sécurisation du système passe, entre autres, par un accès à l’eau. Exemple chez Éric Dion, éleveur de porcs à Aslonnes.

Faute de rendements suffisants en céréales et maïs, les charges pour le poste alimentation de l’exploitation porcine d’Éric Dion, vont être plus élevées cette année.
© Guillaume de Werbier

Excepté son complémentaire azoté, qu’il achète, Éric Dion fabrique tout son aliment pour son élevage porcin (190 truies en système naisseur-engraisseur). Ses 160 ha de cultures sont destinés à sa fabrique d’aliment à la ferme. Ils se composent notamment de 40 ha de maïs, 35 ha d’orge, et 70 ha de blé, la surface nécessaire pour couvrir ses besoins pour la partie énergie de la ration.

Sur l’Earl, les surfaces sont irriguées. Le prélèvement d’eau s’effectue directement dans le Clain. Mais cette année, des restrictions sur la rivière sont arrivées tôt. « J’ai eu le temps de faire un passage d’eau sur le blé, après il y a eu des interdictions. Sur le maïs, j’ai fait quelques positions, sur les terres les plus séchantes, mais pas l’équivalent d’un passage complet ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité