Aller au contenu principal

Fourrages
Adapter le système fourrager à la sécheresse

Après une année déjà difficile en 2010 sur le plan fourrager, les quatre premiers mois de 2011 semblent augurer des difficultés fourragères pour les systèmes d’élevage deux-sévriens. Des alternatives s’offrent aux éleveurs avec les fourrages d’été.

Mélanges céréaliers ou sorgho constituent de bonnes alternatives en tant que fourrages d’été.
Mélanges céréaliers ou sorgho constituent de bonnes alternatives en tant que fourrages d’été.
© DR

Pour limiter voire regonfler les stocks fourragers les éleveurs peuvent prévoir dès aujourd’hui des alternatives avec les fourrages d’été : sorgho, mélanges céréaliers, moha, colzas fourragers, navette...Le sorgho a quant à lui la particularité d’exiger 20 à 40% d’eau en moins que le maïs pour produire 1 kg de matière sèche. Il peut atteindre des rendements de 6 à 9 tonnes de matière sèche et devient exploitable 70 jours après le semis avec  50% de plantes épiées. Le sorgho a besoin de plus de 12°C pour germer et d’un peu de pluie. La fertilisation est la même qu’un maïs. Le sorgho est aussi appétant pour les vaches que pour les brebis.


Avantages des mélanges céréaliers
Les mélanges céréaliers sont faciles à réaliser, productifs et demandent peu d’intrants. La céréale fait office de tuteur, le mélange empêche le salissement de la parcelle et diminue la pression des maladies. Le semis se réalise à près de 170 kg/ha dont 50 kg de protéagineux. Les mélanges céréaliers  se récoltent en ensilage au stade feuillu à grains  laiteux-pâteux. Le rendement peut atteindre de 8 à 12 tonnes de matière sèche. La récolte précoce  permet de laisser la place à une nouvelle culture de fourrage d’été.


Le moha à la fauche ou au pâturage
Le moha qui aime la chaleur et résiste bien à la sécheresse a un cycle de végétation  très court et permet d’obtenir  4 à 7 tonnes de matière sèche à la fin de l’été. Derrière une céréale, le moha peu permettre un pâturage jusqu’à la mi-octobre. Le semis se réalise entre 18 et 25 kg/ha et peut débuter dès la fin du printemps (juin). Plus les semis seront tardifs (au-delà de la mi-juin), plus on prend des risques sur la levée et le rendement.


Le colza fourrager : une bonne réponse au pâturage
Le colza fourrager pourra être implanté derrière une céréale à raison de 5 à 9 kg/ha, son cycle est très court (il peut atteindre 7-8 semaines pour les variétés précoces) et les rendements peuvent atteindre de 4 à 5 tonnes de matière sèche par hectare. Il s’intercale donc très bien entre deux cultures. Il produira un pâturage riche au mois d’août et riche en matière azotée permettant de limiter les prélèvements sur les stocks fourragers (fourrages et concentrés). La part du colza dans la ration doit être limitée au fil ou par le temps d’accès à la parcelle à 40% de la ration des bovins ou des ovins. En ovins, le colza est idéal pour des brebis de retour d’éponge encore en lactation ou des brebis en reprise de poids avant une mise en lutte.Les cultures présentées offrent des possibilités pour limiter l’impact de la sécheresse sur les stocks fourragers en plein été. Malgré tout elles nécessitent tout de même un minimum de pluviométrie principalement pour la levée.

EZRNE7LW_0.pdf (59.48 Ko)
Légende
Caractéristiques des différents fourrages
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité