Aller au contenu principal

Action syndicale aux Buffalo Grill et Courtepaille de Niort

Une dizaine d'éleveurs JA et Fnsea 79 ont demandé aux Buffalo Grill et Courtepaille de Niort, le 19 février, le pourcentage de viande bovine française à leur carte : une action, en appui de la FNB, visant à augmenter la part d'« origine France » dans la RHF.

Buffalo Grill, Courtepaille et Compass n’ont pas répondu aux sollicitations de l’interprofession de la viande bovine, fin décembre 2018. Les JA et la Fnsea 79, emmenés par Thierry Bernier, ont donc demandé directement aux restaurants les plus proches de chez eux quelle est la part d’« origine France » à leur carte.
Buffalo Grill, Courtepaille et Compass n’ont pas répondu aux sollicitations de l’interprofession de la viande bovine, fin décembre 2018. Les JA et la Fnsea 79, emmenés par Thierry Bernier, ont donc demandé directement aux restaurants les plus proches de chez eux quelle est la part d’« origine France » à leur carte.
© Anne Frintz

Petite montée d'adrénaline, mardi 19 février, à midi, au Buffalo Grill de Niort, espace Mendès France : face à la dizaine d'éleveurs deux-sévriens, emmenés par Thierry Bernier, le président de la section viande bovine à la Fnsea 79, le restaurant a fermé ses portes un quart d'heure.

Les agriculteurs, pacifiques, sont simplement allés demander au responsable du grill quel était le pourcentage de viande bovine française à la carte de cette franchise niortaise, puisque l'enseigne, au niveau national, n'avait pas daigné répondre à cette question ; posée, fin décembre, par la FNB, à une dizaine de chaînes de restauration et de distributeurs, dont McDonald et Métro - qui, eux, ont donné rendez-vous à l'interprofession.

Le gérant du Buffalo Grill de Niort a tablé sur 45 à 55 % de viande française pour son seul restaurant. Et le « grand patron des franchises » Buffalo Grill françaises, Hervé Bourasseau, lui-même, chargé des approvisionnements en viande, a appelé Thierry Bernier, pour lui donner ce chiffre : 60 % de la viande bovine servie dans les 100 restaurants franchisés serait d'origine française.

Thierry Bernier quitte le grill avec la promesse du gérant national des franchises rouge et blanche d'une rencontre prochaine. L'action, en appui de la FNB, visant à augmenter la part de viande bovine « origine France » dans la restauration, « fait bouger », constate, satisfait, le syndicaliste.

«Apprendre aux clients à manger du bourguignon»

Les dix agriculteurs ont répété l'opération au Courtepaille de Niort, à Chauray, vers 12 h 30. L'enseigne n'avait pas non plus répondu à la question de la FNB. Pas de panique, cette fois. Le gérant pense que 60 % de la viande bovine qu'il commande est d'origine française : le steak haché, essentiellement, le tartare et une pièce de boeuf marinée. Les Pays-Bas et l'Italie, principalement, se partagent le reste de la carte.

Le jeune gérant promet de faire remonter la question et les doléances à son directeur interrégional. « C'est inadmissible que 40 %, voire plus, de la viande soit importée », souligne un éleveur. « Il n'y a pas que des entrecôtes dans une vache, ajoute Thierry Bernier. Il faut apprendre à vos clients à manger des recettes françaises, avec d'autres morceaux, comme du bourguignon ».

Le syndicaliste a appelé le directeur niortais à sa responsabilité. Et il a prévenu, rigolard : « si nous n'avons pas de réponse de la part de Courtepaille, nous reviendrons faire un stage chez vous ».

L'après-midi, les syndicalistes ont rencontré le préfet des Deux-Sèvres pour rappeler à l'État : « N'importons pas la viande de l'élevage que nous ne voulons pas » !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité