Aller au contenu principal

Coopératives
A 75 ans, Civray-Capsud donne naissance à Coréa

L’ordre du jour de l’assemblée générale de Civray Capsud était particulièrement chargé : chiffres exceptionnels, 75e anniversaire, et fusion.

Joël Caillé a dressé un bilan très positif de l’année 2008 lors de l’AG, qui sera sa dernière en tant que président.
Joël Caillé a dressé un bilan très positif de l’année 2008 lors de l’AG, qui sera sa dernière en tant que président.
© DR

Née sur fond de crise et de surplus il y a 75 ans, la coopérative des agriculteurs Civray-Capsud vient de franchir une étape importante. Déjà annoncée depuis quelques mois, la fusion avec la coopérative d’Usson est désormais effective, donnant naissance à Coréa, Coopérative régionale agricole. « La coopérative d’Usson a rencontré quelques difficultés » commente Joël Caillé, président de la coopérative, pour expliquer les raisons de cette fusion, « qui est également importante pour Civray ».

Première place régionale
Le rapprochement des deux entités permet notamment à Civray Capsud de conforter sa première place régionale, et d’élargir encore le territoire géographique couvert. En 2009, Coréa devrait en effet collecter pas moins de 630 000 tonnes de blé, maïs, colza, tournesol, orge et autres oléagineux. « Nous disposons désormais de moyens humains et financiers à la hauteur du nombre d’agriculteurs. » Des collectes effectuées dans les quatre départements de la région, auprès de 5 600 sociétaires (dont 5 000 Capsud et 600 Usson), et qui devraient permettre d’atteindre un chiffre d’affaires de près de 250 millions d’euros. Toujours dans les chiffres, la fusion des deux coopératives ne regroupe pas moins de 244 personnes (dont 216 Capsud et 28 Usson). « Les bons équilibres financiers, 41,3 millions de fonds propres, 25,2 millions d’euros de fonds de roulement, et le faible taux d’endettement permettent à Coréa d’aborder sereinement une nouvelle période troublée par la crise financière et la chute des prix des grains », précise Joël Caillé. « L’économie agricole entre dans une période qui s’annonce difficile. Nous devons donc avoir un rôle sécurisant pour nos sociétaires. »
Au cœur d’une crise financière mondiale, Joël Caillé se félicite du bilan qu’il présentait il y a quelques jours, à l’occasion de l’assemblée générale de la coopérative. « La coopérative a mobilisé tous ses moyens pour profiter pleinement des hausses qui ont été reversées régulièrement aux sociétaires. » Au final, les prix définitifs sont exceptionnels : 205 euros/t pour le blé, 195 euros/t pour le maïs et 415 euros/t pour le colza. « Nos sociétaires sont parmi les mieux rémunérés », ajoute le président.
Des chiffres qui permettent à la coopérative d’atteindre en 2008 un résultat record de 4,5 millions, soit une hausse de près de 2 millions d’euros par rapport à 2007, et un chiffre d’affaires de 201 millions d’euros. « Nous devons cette progression à la forte hausse des céréales, et aux ventes qui ont été réalisées juste au bon moment. »
Un président qui a conclu la journée en annonçant qu’il ne sollicitera pas de nouveau mandat lors du renouvellement du conseil d’administration, qui se déroulera dans quelques jours. « Je souhaite à tous de bonnes récoltes ! Coréa sera bien évidemment là pour les valoriser ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité