Aller au contenu principal

Traitement en viticulture bio : le soufre et le cuivre incontournables

Vienne Agrobio et Bio Nouvelle-Aquitaine, ont organisé une série de journées techniques. Ce «rallye bio» s’est arrêté  sur l’exploitation viticole de Thomas et Antoine Georget, aux Trois-Moutiers. Les participants se sont concentrés sur la pulvérisation et la stratégie de traitements.

Antoine et Thomas Georget ont présenté leur pulvérisateur de la marque Dhugues.
© Guillaume de Werbier

Comme en conventionnel, le succès des stratégies de protection des vignes bio, c’est «le bon produit, au bon moment». Pour cette conduite, il n’y a pas à tergiverser concernant la logique phyto. « Deux produits sont homologués contre les maladies mildiou et oïdium : respectivement le cuivre et le souffre », rappelle Romain Baillon, du Groupement des agriculteurs biologiques et biodynamiques de Touraine (GabBTO). « Des produits de biocontrôle peuvent aussi être intégrés, comme des huiles essentielles à base d’orange douce. Ils ne sont pas utilisés seuls, en vue de réduire les doses de cuivre et de soufre ». Mais le technicien note que les résultats en matière de protection sont aléatoires. Des préparations à base de plantes sont aussi utilisées. Elles ont un rôle d’activateur des défenses naturelles de la vigne. « Les plantes s’achètent sèches. Il faut compter 100 g de plantes/ha (prêle, saule, osier, chêne…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
« L’animal reflète l’humain », atteste la comportementaliste Pauline Garcia
De l’audiovisuel à l’élevage, il y a un pas que peu franchissent. Pauline Garcia l’a fait, en développant une activité de…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Le premier CS avicole de la région ouvre en septembre
Impulsé par les professionnels de la filière, le premier certificat de spécialisation avicole ouvrira ses portes en septembre au…
Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Publicité