Aller au contenu principal

Prendre le taureau... sans les cornes

La Chambre d’agriculture de Charente organisait le 26 juillet une journée technique à Massignac sur les bovins sans cornes. L’Association des éleveurs bovins limousins de Charente développe depuis de nombreuses années cette caractéristique génétique.

Julie Renard, chef du service Elevage de la Chambre d’agriculture de Charente, et Pierre-Henri Dessalas, éleveur à Saint-Christophe.
© Etienne Sautereau

Afin de répondre à une préoccupation de bien-être animal, de sécurité des hommes et des animaux, les éleveurs ont développé génétiquement depuis une vingtaine d’années des vaches sans cornes. Parmi les pionniers : les éleveurs de race limousine en Charente. « Le croisement est obtenu au départ grâce au gène d’une race bovine naturellement sans cornes (Angus) avec les gènes de la race limousine, pour obtenir de génération en génération des animaux aux caractéristiques limousines », décrit Pierre-Henri Dessalas, président de l’association des éleveurs bovins limousins de Charente et éleveur à Saint-Christophe. Il compte 90 vaches, dont 35 sans cornes. « On a commencé à faire du « sans cornes » en l’an 2000. Il y a eu un tel travail génétique que l’on parvient 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité