Aller au contenu principal

Augmenter le pâturage pour améliorer son revenu

À partir d’un contexte pédo-climatique moyen, une étude montre les avantages économiques et environnementaux d’augmenter le nombre d’animaux pâturant, la part des légumineuses et de raisonner l’importance du maïs ensilage dans le système fourrager. L’objectif est de comprendre les rouages de la rentabilité et de chiffrer les impacts environnementaux à travers les différentes pratiques de l’éleveur.

© Pascal Bisson

Ce sont les systèmes avec le plus de pâturage avec peu ou sans maïs qui tirent leurs épingles du jeu à la fois sur le plan économique et de l’environnement. Ces systèmes fourragers permettent une hausse de l’EBE allant jusqu’à 8 200 euros par UTH malgré l’arrêt de la commercialisation, jusqu’à 11 ha de blé, une diminution du volume de travail de 280 heures pour les travaux de saison et de l’astreinte en bâtiment. Sur le plan environnement la réduction de l’IFT est au total de 1,25, et la baisse des émissions brutes de gaz à effet de serre de 8 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
La Boutique d'Adé promet un savoureux détour
Restauratrice à Coulon depuis quinze ans, Adélaïde Bigot s’est lancée dans la conserverie artisanale, poussée par les…
Publicité